Chers habitants,

Nous souhaitons vous informer de l’avancement de certains points sur lesquels nous travaillons actuellement ou sur lesquels nous prévoyions une réflexion prochaine :

L’adressage :

Selon les indicateurs la qualité des adresses de notre commune est très mauvaise et très inférieure à la moyenne départementale, régionale ou nationale. La presque totalité des adresses sont non normalisées et non conformes.

Nous avons donc décidé de mettre en conformité l’adressage postal afin d’améliorer la qualité de service rendu aux administrés, d’optimiser le fonctionnement de nos collectivités et administrations et autres acteurs de nos territoires.

Une bonne adresse garantira les livraisons de courriers et marchandises, les soins, l’accès des services d’urgences, la gestion du recensement, l’accès au réseau de fibre optique ou le ramassage des ordures entre autres.

La démarche est bien avancée, les voies sont nommées et les habitations numérotées. C’est le groupe La Poste qui nous accompagne techniquement dans la démarche. Très prochainement nous vous informerons sur le libellé de nos nouvelles adresses et des démarches à prévoir auprès de vos banques, mutuelles, abonnements, assurances…etc…

 

Travaux sur le bâtiment de la mairie et des WC publics sur la place :

Nous souhaitons transformer le préau de l’ancienne école en grande salle de réunion au rdc et créer un local archives au 1er étage. Un coup de jeune sera aussi donné au bâtiment avec le remplacement des tuiles et la réfection de l’enduit sur la façade Nord. Un parking sera créé à l’arrière du bâtiment pour agrandir celui de la salle des fêtes qui est un peu trop petit.

Le logement communal de la mairie sera aussi en partie rénové et réagencé.

La phase administrative du permis de construire, d’accessibilité et des diverses autorisations est en cours. L’appel d’offre sera lancé avant la fin d’année pour un début des travaux au 1e semestre 2023.

Les 2 petits garages municipaux mitoyens situés sur la place, devant l’église, seront aménagés en toilettes publiques. Cet équipement manque depuis longtemps ! Là encore les lourdes démarches administratives sont en cours et nous espérons pouvoir débuter les travaux rapidement.

 

L’éclairage public : Eteignons les lumières pour allumer les étoiles !

A ce jour rien n’est engagé, nous émettons simplement l’idée d’éteindre partiellement notre éclairage public.

L’éclairage public a longtemps été vécue comme un progrès et aujourd’hui cela devient un des enjeux pour nos collectivités. L’évolution très importante des couts mais aussi l’impact significatif sur notre environnement nous amènent à réfléchir à une extinction partielle de l’éclairage public sur la commune. Voici quelques points de réflexion et quelques informations :

La nuit est un habitat à part entière pour 2/3 de la faune. Oiseaux, mammifères, amphibiens et insectes sont impactés. La lumière artificielle les attire et ils meurent d’épuisement, brulés ou consommés par des prédateurs. Leur reproduction est aussi perturbée. Sans oublier, les végétaux, eux aussi touchés.

 

La santé humaine est aussi concernée. C’est la nuit que nous synthétisons la mélatonine. Cette hormone naturelle qui contrôle, entre autres, le sommeil. Une perturbation de sa sécrétion peut entraîner fatigue, troubles divers et même certains cancers.

 

Economiquement, le fait d’éteindre les lampadaires une partie de la nuit (de minuit à 6h par exemple) permettrait de diviser par deux la dépense communale réservée à l’éclairage public. Cette épargne permettrait de moderniser notre appareillage par exemple.

 

D’un point de vue sécuritaire, si pour certains d’entre nous l’extinction renforce un sentiment d’insécurité, rien dans les faits ne le confirme. La Gendarmerie Nationale ne constate ni augmentation des accidents de la route, ni hausse des cambriolages ou agressions dans les communes où l’extinction partielle ou totale est mise en place.

La diminution de l’éclairage induit bien souvent le ralentissement des automobilistes et les cambriolages ont lieu dans 85% des cas le jour en l’absence des propriétaires. Les malfrats préférant avoir une meilleure vision la journée, et une lampe torche est toujours plus suspecte et plus détectable la nuit.

En revanche, ils constatent que l’éclairage public favorise les phénomènes de regroupements de personnes, de dégradations et de tapages.

 

Enfin de la même façon que nous valorisons un monument ou un édifice remarquable, le ciel ainsi protégé se révèle autrement. Il devient à son tour remarquable.

A St Victor, nous avons bien sûr la chance de profiter encore de la beauté d’un ciel étoilé mais il faut savoir qu’actuellement 80% de la population mondiale n’a pas accès à la nuit noire. Certains enfants n’ont même jamais vu la voie lactée !

 

Tout nous semble en faveur d’une optimisation. Une extinction entre minuit et 6 h par exemple n’aurait que très peu ou pas d’impact sur notre quotidien et permettrait d’avoir tous les avantages des points évoqués ci-dessus.

Nous avons assisté à des réunions d’informations animées par le Parc Naturel Régional et le Syndicat d’Electrification qui gère nos installations : environ 1/3 des communes ariégeoises, pratiquent l’extinction et leurs retours d’expériences sont très positifs. Certains évoquant un meilleur confort de vie, une préservation bien visible de la biodiversité ou la fin des nuisances sonores nocturnes avec un déplacement des « perturbateurs » vers d’autres communes où l’éclairage est maintenu.

 

Il faut désormais éclairer juste et non plus juste éclairer !

 

                                                                           Le conseil Municipal

IMG_20210725_125256.jpeg

Commémoration
du 14 juillet

Le 25 juillet 2021

Le dimanche 25 juillet 2021, Monsieur le Maire et le Conseil Municipal ont souhaité commémorer le 14 juillet , avec quelques jours de retard.

Une messe a été célébrée à 11 heures et un dépôt de gerbe aux monuments aux morts à suivi.

 

Pour clôturer cette matinée, un apéritif dinatoire a été offert à la salle des fêtes où le Maire et le Conseil Municipal ont remercié chaleureusement les nombreux habitants ayant pu venir à cette commémoration.

IMG_20210725_125639.jpeg

Découvrez la vidéo de la tonte des moutons par les Bergers Cathares

Produits sur notre ferme en Ariège (sud de la France)

Dans notre ferme en France il y a des chèvres Angora qui font pousser sur leur dos du MOHAIR, que nous récoltons en les tondant 2 fois par an. Le Mohair (et particulièrement le Mohair des Bergers Cathares) est considéré comme une des matières naturelle la plus belle et la plus recherchée dans le monde. Elle est une fibre de luxe, alliant lustre, finesse et douceur.

Le mohair

Le Mohair de nos chèvres angora est une fibre vivante sensible aux différences de températures. Ce pouvoir adiathermique fait qu’il se gonfle d’air dès qu’il fait froid, une sorte de “couette” isolante. Inversement, s’il fait chaud, le Mohair, grâce à sa bonne perméabilité à la vapeur d’eau, évacue l’humidité en surface. Du fil à tricoter mohair super kid au vêtement tricoté à la main, nous vous proposons une large gamme naturelle, chaude et durable.

Dans notre ferme il y a aussi … des moutons qui font pousser sur leur dos de la LAINE, que nous récoltons en les tondant 1 fois par an. La  pure laine vierge de nos moutons est une matière naturelle qui habille les hommes depuis plus de 5000 ans !

La laine

La laine est l’une des principales fibres utilisées au monde. Cette laine joue un rôle de climatiseur naturel, chaude quand il fait froid, fraîche quand il fait chaud. Vous la trouverez principalement  en fil à tricoter pure laine vierge, pelotes de 25 à 50g. Elle se défroisse facilement et ne se charge pratiquement pas d’électricité statique. La pure laine vierge offre une élasticité remarquable et un bien-être qu’on doit à sa forte capacité d’absorption de l’humidité. Seule la laine tondue sur des moutons vivants, comme chez nous, a droit à l’appellation “pure laine vierge”.

Le mohair est une laine fabriquée à partir de la toison de nos chèvre angora. On connaissait l’existence de ces chèvres au Tibet 2000 ans avant J.C. et chez les Summériens au IVe  siècle avant JC, l’appellation de cette chèvre en français est due à sa présence en Anatolie et à une déformation du nom de la ville d’Ankara qui s’appelait à l’origine Angora.

Pour que le mohair soit d’une douceur exceptionnelle, nos chèvres sont sélectionnées pour que leurs toisons n’aient pas de “jarre” (poil épais et piquant).

Elle a pour caractéristique de joindre à son pouvoir isolant thermique (du froid comme du chaud) une très grande légèreté. Les fibres lisses du mohair ne peuvent pas irriter la peau, même pour les personnes qui sont sensibles à la plupart des laines. C’est une matière noble et naturelle.

Actu Vaccin !

Flyer vaccination 10 03_Page_1.jpg
Flyer vaccination 10 03_Page_2.jpg